Les médicaments de la dépression : les antidépresseurs

Auteur: Michel Désert psychologue

Résumé: Les antidépresseurs font peur et suscitent souvent au moment où leur prise est abordée par le médecin ou le psychologue des réactions d'opposition. Sans être pour ou contre, abordons-les sereinement comme alliés thérapeutiques

Des médicaments Les deux grands médicaments de la dépression sont les antidépresseurs et les anxiolytiques. Ils font partie des médicaments psychotropes. Commençons par les antidépresseurs.

Les antidépresseurs

Il est fréquent lorsque nous abordons en consultation la question des antidépresseurs (en prendre, ou pas), de nous heurter à des réactions d'opposition ou de peur. Une volonté farouche parfois de ne pas prendre ces trucs-là. C'est votre droit le plus fondamental. Personnellement, nous ne sommes ni pour, ni contre, mais encore une fois nuancés. Cela dépend également de l'importance de la détresse dans laquelle vous vous trouvez. Sachez néanmoins que :

Les antidépresseurs ont été découverts par hasard, en travaillant sur un autre médicament (dans le secteur psychiatrique toutefois). Lors des évaluations cliniques de ce médicament, des personnes décrivaient une amélioration de leur moral et cela a attiré l'attention des chercheurs.

Les antidépresseurs ne créent pas d'effet de dépendance. Des effets secondaires peuvent se manifester au début de la prise, ainsi que des effets de sevrage si le traitement est arrêté brutalement (vertiges, maux de tête, rechute de l'état dépressif par exemple). Mais il n'y a pas de dépendance stricto sensu. Il n'y a pas non plus d'effet de tolérance. Cela signifie qu'il ne faut pas augmenter les doses pour obtenir le même résultat qu'au début.

Les antidépresseurs ne changent pas la personnalité. Vous restez la même personne, tout en étant néanmoins un peu moins sensible émotionnellement. Ils sont efficaces également sur les manifestations parfois intenses d'anxiété rencontrées dans la dépression.
Ils aident aussi à réguler les problèmes de sommeil, et peuvent somme toute être considérés comme des dopants de l'humeur, qui vous aideront à aller plus rapidement et plus efficacement de l'avant. Ils favorisent en effet une meilleure réponse à la psychothérapie, avec laquelle ils doivent être associés. L'objectif étant de les diminuer puis de les arrêter aussitôt que les indicateurs se sont stabilisés à la hausse.

Les études scientifiques démontrent que le meilleur traitement de la dépression consiste en une association entre une thérapie suivie chez un professionnel compétent, et la prise temporaire d'un antidépresseur.

Suite : Les médicaments de la dépression : les anxiolytiques et les somnifères l Retour au sommaire