Culpabilité morbide

Auteur: Jérôme Vermeulen psychologue

Résumé: Si la culpabilité renvoie à un sentiment normal, certaines personnes se débattent dans des problématiques de culpabilité morbide qui leur gâchent littéralement la vie

Nous l'avons vu, il existe pour les psychologues une culpabilité tout à fait saine, voire nécessaire, qui pourrait être assimilée à une culpabilité empathique. Et certaines pathologies, comme la psychopathie, sont caractérisées par l'absence de remords et d'empathie. Certaines personnes néanmoins se retrouvent emberlificotées dans des problématiques de culpabilité morbide qui pourront les mener vers le bureau d'un psychologue.

Différentes situations de culpabilité morbide

La culpabilité écrasante La culpabilité morbide (=maladive) colle à la peau de la personne qui la ressent. On la retrouve dans différents troubles psychologiques, qui vont de la dépression à des déficits importants de l'estime de soi, mais également auprès de personnes souffrant d'un stress post-traumatique (culpabilité d'avoir survécu alors que d'autres ont perdu la vie) ou ayant été victime d'abus sexuels ou d'agression (sentiment, parfois induit par l'agresseur, d'avoir une part de responsabilité dans ce qui s'est passé).

Cette culpabilité représente une véritable souffrance et un véritable handicap dans la vie quotidienne. C'est au cas par cas que les psychologues travaillent sur cette culpabilité pour la réduire et la ramener à des proportions "normales" ou supportables.

Dans certaines psychoses également, une personne peut se trouver dans un délire où elle est convaincue d'être responsable du crash d'un avion à l'autre bout du monde.