L'affaire Kitty Genovese

Auteur: Michel Désert psychologue

Résumé: Ce fait divers qui a déclenché les passions dans les années 60, a été à l'origine des travaux de deux psychologues, Latané et Darley.

Kitty Genovese Un soir de mars 1964, à New-York, une femme, Kitty Genovese, rentre chez elle après sa journée de travail lorsqu'elle est agressée par un homme armé d'un couteau. Face aux cris de sa victime, l’homme hésite, mais comme personne ne vient la secourir, il la poignarde à de nombreuses reprises. Kitty Genovese hurle, se débat, tente de s’enfuir, ce qui retarde son agresseur, le fait se replier, mais il revient à la charge. Finalement, elle succombera sous ses coups de couteaux. L’agression aura duré plus d’une heure et demie !

Beaucoup de témoins... passifs

Plus tard, la police a établi que 38 (trente-huit !) personnes assistaient à la scène depuis la fenêtre de leur appartement. Aucun de ces témoins n’est intervenu pour aider Kitty Genovese. Pire, aucun d’entre-eux n’a prévenu la police pendant toute la durée de l'agression!

Des monstres d'égoïsme... ou seulement des humains?

Les journaux de l’époque ont parlé de l’égoïsme, l’indifférence, et l’inhumanité de ces individus. La passivité de ces témoins a été mise sur le compte d’une personnalité déviante. Il paraît pourtant étrange que le hasard ait réuni dans le même quartier 38 personnes à la personnalité extrêmement insensible ! C'est en tout cas ce que ce sont dit deux psychologues sociaux, Latané et Darley. Ils ont entamé une série de recherches sur le comportement d'aide et ils ont démontré que placés dans la même situation, la grande majorité d'entre-nous aurions eu la même (absence de) réaction que ces témoins. C'est ce que ces psychologues ont appellé "l'effet du passant".